La docilité par l’amnésie – Effacée (Teri Terry)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

51J-Z-f0RELLe livre que je vais vous présenter ici est un peu différent de ce que j’ai mis en ligne récemment, c’est très loin de ressembler à Damnés ou à Merlin, car je reviens un peu au young adult avec Effacée de Teri Terry. À dire vrai, si je m’étais baladée en libraire, je n’aurais pas fait attention à ce livre dont le titre et la couverture m’évoquent surtout ces terribles livres de témoignages de victimes de maltraitances en tout genre. Bref, pas du tout ce que j’affectionne de lire.

Mais un beau jour, mes parents ayant un livre à commander à leur « club livresque » (si j’ose dire), et ne trouvant pas leur bonheur dans le catalogue, m’ont demandé de jeter un œil pour voir si je pouvais dégoter quelque chose leur évitant de recevoir le livre de la saison qui ne les intéressait pas outre mesure. Et finalement, le résumé d’Effacée m’a un peu intriguée, au point que j’ai fait la commande.

Et ce roman de S.F. young adult nous emmène dans un futur pas si lointain que ça, dans une Angleterre dictatoriale…

  • Effacement de mémoire

Tout prend place dans – je dirais – vingt, trente ans au plus tard, dans une Angleterre dirigée par la Coalition, qui sous prétexte de chasser les TAG (terroristes anti-gouvernement), fait régner la terreur au travers d’une implacable police politique, les Lorders.

Tout commence lorsque Kyla sort de l’hôpital, après neuf mois de « reprogrammation ». Pour cause, la jeune fille, comme tous les jeunes criminels, a vu sa mémoire effacée pour gommer toute trace de violence en elle. Elle est affectée à une famille qui doit prendre soin d’elle, afin de se réintégrer dans une cellule familiale, puis à l’école et dans la société en général. Âgée de seize ans et ne pouvant plus, au-delà de cet âge, être effacée, c’est la dernière chance de Kyla de remplir son contrat avec la société en devenant une jeune citoyenne modèle. Pour s’assurer de cela, elle porte autour du poignet, comme tous les jeunes Effacés, un Nivo, une sorte d’indicateur de bonheur qui, s’il affiche un niveau trop bas suite à de la tristesse, de la colère ou une pulsion violente, peut lui faire perdre connaissance ou la tuer. Il est impossible de le retirer avant ses vingt-et-un ans.

Kyla est prise en charge par les Davis, qui vivent dans un village à une heure de Londres, et qui s’occupent également depuis quelques années d’Amy, une autre jeune Effacée, très bien intégrée, qui se montre dès le début très amicale envers sa sœur adoptive. La jeune fille est plus mesurée quant à ses nouveaux parents qui lui paraissent un peu effrayants. Mais elle doit bien s’en accomoder car elle ne se souvient de rien, à ceci près qu’elle est en proie à de terribles cauchemars, particulièrement effrayants, qui font régulièrement baisser son Nivo. Fort heureusement, grâce au groupe de discussion local des Effacés où elle a obligation de se rendre toutes les semaines, elle fait la connaissance de Ben, élève au même lycée qu’elle, qui ne la laisse pas indifférente.

Mais dans ce monde où les Lorders peuvent arrêter qui ils veulent sur simple dénonciation, même des enfants dont de plus en plus disparaissent sans raison apparente, Kyla se trouve épiée de toute part jusque dans sa propre famille et s’inquiète de ce qu’elle a pu faire par le passé et de l’aspect si réel de ses rêves. Torturée par des réminiscences qui l’effraient, étrangement curieuse de son passé pour une Effacée, elle apprendra à ne pas se fier aux apparences et découvrira que tout le monde n’adhère pas à la politique de la Coalition…

  • Une petite dystopie made in Britain

Je dois avouer, au vu des nombreux ouvrages young adult chroniqués sur la blogosphère, que je m’étonne de ne pas en avoir encore entendu parler. Après, je n’ai commencé à bloguer en français qu’il n’y a un an et demi et l’édition présentée ici date de 2013. J’ai donc peut-être loupé un épisode sur vos blogs! 🙂

Mais je dois avouer qu’à la base, je ne m’attendais pas à grand-chose avec cet ouvrage, hormis le fait que j’aimais bien les dystopies et l’Angleterre. Car oui, n’ayant lu que des young adult écrits en et traitant de l’Amérique du Nord comme Twilight ou Hunger Games, j’étais un peu attirée par le fait que cela se passait en Grande-Bretagne. Et que ce soit écrit par une Britannique! En effet, au vu de la petite bio de l’auteur, Teri Terry, je suis fascinée par son parcours très atypique et la variété des professions qu’elle a exercé. Bref, je ne la connais pas personnellement mais je suis (certainement un peu parce que j’ai moi-même un parcours chaotique) très intéressée par son parcours… D’autant plus qu’Effacée m’a très agréablement surprise!

On y trouve une Angleterre qui a éclaté après sa sortie de l’Union Européenne (tiens, tiens! 😉 ), où les révoltes étudiantes ont été jugulées par un pouvoir de plus en plus répressif qui interdit aux moins de vingt-et-un ans l’accès aux technologies de l’information. J’ai retrouvé dans ce roman une atmosphère particulière propre aux fictions SF britanniques que j’aime parfois à suivre, comme Doctor Who, Torchwood ou bien encore une mini-série moins connue, Le Jour des Triffides. Pour ceux d’entre vous qui connaissez, on y voit souvent l’Angleterre en Etat d’urgence suite à une catastrophe, avec parfois des politiques de gestion de crise plus que drastiques qui affectent gravement le quotidien des protagonistes. Car voici ce que j’ai aimé dans Effacée: malgré un peu d’action et une ou deux scènes assez spectaculaires, et les rêves parfois sanglants de Kyla, ce sont les conséquences de cette dictature dans le quotidien des héros qui rendent l’histoire intéressante. Le récit est raconté à la première personne par Kyla, ce qui rend la chose d’autant plus intéressante qu’elle ne se rappelle absolument pas ce monde de terreur avec ces Lorders et leurs arrestations arbitraires. Le lecteur découvre donc cette société sous-pression avec une jeune fille qui tente de trouver un nouvel équilibre, une vie normale. J’ai beaucoup apprécié cet aspect qui ne joue pas que sur le spectaculaire, cette tension et cette menace qui emplissent l’air.

  • Les personnages

Concernant notre héroïne, Kyla, elle n’a elle-même aucune idée de sa propre personnalité au tout début du roman. Elle découvre peu à peu ce qu’elle aime ou pas, mais elle ne peut se défaire de ses cauchemars et des sensations familières, comme si une partie de sa mémoire récalcitrante n’avait pas été effacée: elle se découvre capable d’écrire et de dessiner de la main gauche (Kyla est une dessinatrice autodidacte très douée), et en vient peu à peu à se demander si elle n’a pas participé aux actions terroristes dont l’une a coûté la vie à plusieurs élèves de son lycées quelques années auparavant. En revanche, cette capacité à peut-être se souvenir doit être cachée aux yeux des autres, en particulier à sa famille… Car chaque Effacé est surveillée de près: outre les nouveaux parents qui doivent rendre des comptes, Kyla côtoie le docteur Lysander qu’elle doit voir toutes les semaines au London New Hospital, sa conseillère d’éducation Mrs Ali qui la suit comme son ombre au lycée, l’inquiétant professeur Hatten, Mrs Penny l’infirmière du groupe de discussion… Et l’adolescente se heurte également à l’hostilité d’autres élèves qui méprisent les Effacés, hostilité grandissante quand certains élèves qu’elle côtoie, ainsi que son professeur d’Arts Plastiques, disparaissent…

Contrairement à elle, le garçon qu’elle rencontre et pour qui elle en pince, Ben, est tellement sympa que c’en est presque irritant. 🙂 Il a le sourire et le bonheur béats des Effacés récents, il est sportif et aime la famille qu’on lui a affectée, et comme on le découvrira, ses parents l’entourent de beaucoup d’affection. À dire vrai, il avoue à Kyla ne pas vraiment vouloir savoir ce qu’il a pu faire pour être effacé, car il apprécie la vie qu’il a désormais… Mais je ne peux vous en dire plus sur ce garçon sans trop vous en révéler, car ce qui va suivre le concernant, et sa métamorphose au fur et à mesure qu’il évolue au côté de Kyla sont plutôt intéressant. Après, s’il y a une chose qui m’embête un peu dans les quelques young adult que j’ai lus, c’est que l’héroïne se dépeint toujours comme une nana des plus ordinaires, voire insignifiante, mais elle attire toujours un mec exceptionnel, tant sur le plan physique que de la personnalité. 🙂 C’est agaçant! 🙂 J’aimerais bien que ces petites sorcières me filent la recette! 😉 Ceci dit, leur relation, la façon dont ils s’approchent, est très mignonne, et j’avoue que ce genre d’interaction m’a beaucoup manqué au lycée (mais bon, hein, il paraît que j’étais « moche » – en même temps, avec le recul, je me dis que les mecs du lycée n’étaient pas transcendants non-plus!). Bref, le lecteur finit quand même par s’attacher à Ben et à le trouver attendrissant, avant de découvrir une nouvelle facette de sa personnalité, dont je ne peux vous dire plus sans en dévoiler trop de l’intrigue. 😉

Enfin, outre Jazz, le petit ami rigolard d’Amy, nous croisons Mac, le cousin de celui-ci, qui vit dans une ferme isolé et se consacre aux activités pas très légales comme la recherche des gens disparus, et nous apprenons également que les personnages les plus dangereux ne sont pas forcément ceux que l’on croit, et que certains, comme la nouvelle mère de Kyla, cachent de douloureux et mystérieux secrets…

  • Conclusion

Eh bien, eh bien, les p’tits loups, voici une fort agréable surprise. Quand bien même nous y retrouvons pas mal d’ingrédients de la littérature young adultEffacée est, à plusieurs égards, un peu différent de ce que j’ai déjà lu dans ce domaine, peut-être du fait que cela a été écrit non pas par une Américaine, mais par une Britannique. Aussi, je vous le conseille, car si je n’ai pas encore été totalement scotchée, je me suis bien attachée à certains personnages, dont l’héroïne qui se demande ce qu’elle a pu faire de si terrible pour se retrouver Effacée, et j’ai appréciée cette atmosphère tout en tension. Cela promet une suite très intéressante… que j’ai dores et déjà commencé à lire. J’ai donc espoir de vous en dire un peu plus d’ici quelques temps! 🙂

Aussi je vous dis à très bientôt sur le blog, avec de nouvelles chroniques, et pourquoi pas, de nouvelles créations! 🙂

Blanche Mt.-Cl.


Titre: Effacée, t.1
Auteur: Teri Terry
Éditions: La Martinière
Collection: Fiction J
384 p.
Parution: Septembre 2013
Prix: 15,00 €

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

3 réflexions au sujet de “La docilité par l’amnésie – Effacée (Teri Terry)”

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s