Espiègleries en armure et roi de légende – Merlin (série, 2008-2012)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Tout d’abord, je tiens à m’excuser du retard accusé avec cette chronique. Le fait est que j’ai été plus fatiguée que prévu cette semaine, et je n’ai pas réussi à veiller assez longtemps le soir pour écrire… Mais qu’à cela ne tienne, voici une petite chronique tout en légèreté! Après la noirceur de ma dernière lecture, je vous emmène dans un « pays de légende, au temps de la magie », où tout commence par trois lettres magiques: B… B… C…

Peut-être cela vous donnera-t-elle l’envie de vous lancer dans une session de rattrapage ce week-end, qui sait? 😉 Bref, tout ça pour vous dire que j’ai décidé de m’y coller, suite à la lecture, sur le blog Mon Univers en Séries et en Livres, d’un article dédié au château de Pierrefonds, où fut partiellement tournée ladite série: Merlin.

18978962
Arthur (mon futur mari) et Merlin, duo de choc de la série – Source: Allociné.fr

Série fantasy de cinq saisons diffusée entre 2008 et 2012 sur BBC One, elle a été créée par Julian Jones, Jake Michie, Johnny Capps et Julian Murphy, inspirés par le principe de Smallville (que je n’ai jamais regardé), dédié à la jeunesse de Superman. Ainsi, Merlin explore de manière très libre la légende arthurienne, par le biais de la jeunesse de deux personnages mythiques: le sorcier Merlin et le roi Arthur Pendragon. Pour anecdote, ce n’est pas moi qui ai commencé à suivre la série, mais mes parents, quand j’étais étudiante. Si eux ont tout de suite accroché lors de la première diffusion sur SyFy, j’ai d’abord eu du mal à adhérer avant de devenir la fan numéro un à la maison.

Je vous emmène donc dans un pays de légende, pour l’une de mes meilleurs surprises TV de ces dernières années…

  •  Postulat de départ

L’histoire commence à Camelot, lorsque le jeune Merlin (Colin Morgan), est envoyé auprès de Gaïus (Richard Wilson), médecin de la Cour, pour s’éloigner de son village natal où il ne peut montrer ses pouvoirs au grand jour, et pour apprendre à s’en servir – sous le sceau du secret car le roi Uther Pendragon (Anthony Head), a banni la magie, menaçant de mort tous ceux qui s’y adonnent ou qui sont nés avec. Or un jour, Merlin, aux alentours du palais, se précipite au secours d’un serviteur malmené par un jeune noble. Il tient tête à ce merdeux arrogant et réalise que celui-ci n’est autre que le fils d’Uther, le jeune Arthur (Bradley James). Après avoir eu maille à partir avec ce blondinet très « taquin », Merlin passe une étrange nuit: il est éveillé par un appel, qu’il suit jusque dans les souterrains du château. Il y découvre Kilgharrah (voix de John Hurt en V.O.), un dragon emprisonné par Uther, qui lui révèle qu’il est un grand sorcier destiné à veiller sur Arthur, promis à devenir un très grand roi.

D’abord sceptique, Merlin accepte cette mission à son corps défendant. C’est après avoir sauvé d’une mort certaine le prince à la fin du premier épisode qu’il gagne pour insigne honneur de devenir son valet. Commence pour lui de périlleuses aventures au côté d’Arthur, à qui il va finir par s’attacher, et au cour desquels il va rencontrer la pupille d’Uther, Dame Morgane (Katie McGrath), sa servante Guenièvre (Angel Coulby), et les légendaires chevaliers de la Table ronde…

  • Une adaptation très libre du mythe

Que vous dire si ce n’est que j’ai d’abord été assez sceptique?… Je détestais. Je regardais avec mes parents, mais je détestais. À dire vrai, j’ai été quelque peu rebutée par certains arrangements avec le mythe, d’autant plus que j’étais « parasité » par l’influence de Merlin l’Enchanteur et d’Excalibur. Et je suis très compliquée dès lors qu’il s’agit de la légende arthurienne, que je n’aime pas tellement voir traitée de manière « historique », comme dans Le Roi Arthur (que je n’ai regardé que pour les beaux mecs, je l’avoue! 😉 ). Je ne suis pas non-plus fan de Kaamelot – à mon grand regret, et je n’ai jamais pu dépasser 120 pages dans Les Dames du Lac de Marion Zimmer Bradley (j’espère retenter le coup, mais après Le Cycle de Pendragon!). L’histoire du roi Arthur, de Merlin et des chevaliers, ce doit être burné, épique et magique!

MV5BMjMwMjAxMjAzOV5BMl5BanBnXkFtZTgwNzU3NDc3MjE@._V1__SX1233_SY582_
Merlin et Arthur, aux prises avec l’épée dans la pierre, en somme l’image d’Epinal du mythe arthurien – Source: Imdb.com

J’étais très perturbée par le fait qu’Arthur et Merlin soient à peu près du même âge. C’est vrai quoi, Merlin est censé être un magicien barbu et un mentor pour notre jeune roi! Et nom de Dieu, qu’est-ce que je pouvais détester les personnages d’Uther et de son abominable rejeton, Arthur (je reviendrai sur ce point). Comment croire que ce petit tyran blondinet tout juste bon à malmener son si dévoué Merlin pouvait devenir un grand roi? D’autant plus que ce petit con, qui dans le mythe est dépeint comme un adolescent vertueux, courageux et d’une beauté sans pareille, n’est pas censé être élevé à la cour de son père, mort depuis des lustres, mais chez une famille d’adoption. Et s’il n’y avait que ça: faire de Morgane la pupille d’Uther, et de Guenièvre, la future reine, une servante!!! Ça faisait vraiment beaucoup pour moi.

Ceci dit, j’ai fini par prétendre que je n’aimais pas car je m’y suis ensuite intéressée, quand la première saison a été rediffusée sur NJR 12: j’ai voulu absolument connaître la saison 2, et je me suis commandé le coffret DVD. En effet, comme je connaissais un peu la légende arthurienne, je m’amusais à deviner qui était qui (j’étais fière de moi quand j’ai trouvé de suite pour Mordred! 😉 ). Finalement, les épisodes recoupent beaucoup plus de références qu’on le croit, et il faut parfois creuser un peu pour savoir ce qui se cache derrière. Par exemple, il est dit dans la geste arthurienne, que Viviane, la Dame du Lac, a été le grand amour de Merlin, qu’elle en a profité pour le piéger et lui soutirer de précieux secrets magiques. Nimueh (Michelle Ryan), la grande ennemi d’Uther et de Merlin dans la première saison porte l’un des noms de Viviane, la Dame du Lac: le fait est que Merlin est baba d’admiration devant la demoiselle qui va le piéger et à cause de qui il manque mourir empoisonné. De même, dans un épisode de la seconde saison, Merlin tombe amoureux de Freya (Laura Daunelly), une jeune druidesse venant d’une région près d’un lac. Titre de l’épisode en V.O.: The Lady of the Lake. Pour plus d’action et de ressorts narratifs, cet aspect du mythe a été ré-interprété pour incarner les deux aspects de la Dame du Lac.

20295922
Arthur entouré de Mordred, Perceval et Sire Leon – Source: Allociné.fr

C’est un peu comme ça pour tout, en fait. On retrouve les personnages du mythe, des éléments de leurs aventures, un peu remis au goût du jour comme Lancelot (Santiago Cabrera), qui apparaît dans la première saison où il devient ami avec Merlin, Arthur, et tombe amoureux de Guenièvre dont il est le premier amour – et pas l’amant. Au final, Merlin se révèle être un divertissement familial d’assez bonne facture, qui ne néglige ni l’action, ni la magie, une sortehistoire originale basée sur le mythe arthurien, un peu décalé comme ne savent le faire que les Britanniques. Et pour cet aspect, la série devient un véritable délice à suivre… d’autant plus qu’on ne s’y ennuie pas.

  • Enjeux et personnages

Les faits sont là: si j’ai quand même fini par accrocher malgré ma détestation du roi et de son con de fils, c’est qu’outre ma réserve quant à certains aspects de l’histoire, je ne m’ennuyais pas. C’est sans doute pour la qualité de la direction artistique: décors somptueux comme le château de Pierrefonds (cocorico!) ou de grandioses sites anglais, des extérieurs magnifiques, costumes sympas avec des influences à la fois médiévales et contemporaines (le style vestimentaire d’Arthur me fait assez penser à celui du prince Edward dans Chevalier!), ainsi que ses très bons interprètes incarnant des personnages attachants, des épisodes riches en rebondissements, en humour et en émotion, des dialogues excellents… Surtout en V.O. ou les échanges entre Arthur et Merlin sont SAVOUREUX. Mais j’y reviendrai.

MV5BMjMzMjQyNTgzNl5BMl5BanBnXkFtZTgwNzMxOTc3MjE@._V1__SX1233_SY582_
Merlin et le sage Gaïus – Source: Imdb.com

Je parlais des enjeux et des personnages, aussi vais-je un peu développer sur le sujet: ici, l’enjeux principal est une sorte de prophétie quant aux destins entremêlés de Merlin, promis à devenir le sorcier le plus puissant de tous les temps, et d’Arthur, the once and future king. Le premier doit accomplir son destin sans montrer au reste du monde ses pouvoirs car Uther pourrait bien le faire condamner, tandis que le second doit échapper à mille périls, entre ceux qui veulent le tuer ou tout simplement le briser, ou tenir tête à son père pour devenir le grand roi que nous connaissons dans la légende. Cela ne va bien sûr pas s’accomplir sans heurt ou sans tristesse pour nos deux héros. Ainsi, les autres protagonistes jouent un rôle déterminant dans leur vie:

Gaïus, médecin de la cour, est une sorte de guide pour Merlin, ainsi qu’un confident pour divers personnages de l’histoire, qu’il s’agisse d’Uther, Arthur, Guenièvre, mais aussi Morgane. Bienveillant et ouvert, c’est une sorte de figure paternelle rassurante, prête à aider les autres et dont la présence est d’un grand secours à notre jeune héros. En revanche, pour mieux apprécier la prestation de Richard Wilson, je vous conseille la V.O. car son doublage est affreux!

Uther est un peu l’antithèse de Gaïus, côté négatif de la figure paternelle, en somme: fier, arrogant et autoritaire, aimant certes son fils mais très peu capable de lui témoigner de l’affection, on découvre un être retors et hypocrite, dont la malveillance vis-à-vis de la magie n’est en fait due qu’au fait de ne pouvoir en faire ce qu’il en veut. C’est en se mesurant à cet homme qu’Arthur peut voir le genre de souverain qu’il ne veut pas être. Inutile d’ajouter qu’Anthony Head joue à la perfection cette enflure de père indigne que l’on aime détester et qui à l’occasion fait vraiment de la peine à son entourage, son fils le premier.

MV5BMTA3ODQ2MTQzNDZeQTJeQWpwZ15BbWU4MDc3OTE4NzIx._V1__SX1233_SY582_
Arthur et Guenièvre, couple phare de la série (si elle n’en veut plus, je suis toujours OK pour le récupérer, j’en ferais un excellent usage) – Source: Imdb.com

Guenièvre est une jeune femme douce, mâture et bienveillante. Ressentant beaucoup d’affection pour Morgane qu’elle sert, elle devient très vite l’amie de Merlin. Avisée et de bon conseil, c’est l’une des seules personnes à être franche envers Arthur malgré son rang, et fille de forgeron, elle manie les armes assez bien pour accompagner Morgane et l’arrogant Arthur au combat. Ce sont ces grandes qualités qui vont lui attacher Arthur, bien que leur relation soit plusieurs fois mise à mal par leur différence de condition, par la réapparition de Lancelot au moment où tout semble perdu entre eux, et par les manipulation de Morgane et d’Uther. Angel Coulby est juste adorable dans ce rôle, et avec son visage expressif elle peut autant faire rire que pleurer.

Morgane, pupille d’Uther qui a juré de prendre soin d’elle à son père, est au début de l’histoire une jeune femme douce et juste, attachée à Guenièvre et goutant peu la suffisance d’Arthur et d’Uther. Tourmentée par des cauchemars, elle ignore au début qu’elle possède de puissants pouvoirs, et Gaïus tente sans qu’elle le sache de lui donner des remèdes pour les juguler. Mais elle va très bientôt comprendre ce qui se joue en elle, et développer une haine sans borne pour Uther, ainsi que pour Arthur, qu’elle cherche à écarter du trône et s’ingénie à faire souffrir. L’astuce dans le traitement de ce personnage est qu’elle parvient à susciter de l’empathie dans les deux premières saisons, jusqu’à ce qu’elle prenne du plaisir à faire du mal. Et comme les autres interprètes, Kathy McGrath est superbe dans ce rôle d’une Blanche-Neige devenant une méchante reine.

Les chevaliers de la Table Ronde sont une sorte de bonne bande de potes: Sire Leon (Rupert Young), déjà chevalier du temps d’Uther et frère de lait de Guenièvre, Lancelot, ami fidèle de Merlin, Arthur et chevalier servant de Guenièvre, Gauvin (Eoin Macken), une sorte de chenapan amateur de taverne et de femmes, mais très courageux, son ami Perceval (Tom Hopper), et Elyan (Adetomiwa Edun), frère de Guenièvre fait chevalier après avoir aidé Arthur à vaincre Morgane lors de l’attaque de Camelot de la saison 3 – c’est qu’il y a au moins une attaque par saison! Plus liés à Merlin au début de l’histoire, ils permettent de découvrir une facette un peu plus humaine d’Arthur. Là encore le casting comprend toute une brochette d’acteurs au fort capital sympathie.

MV5BMGM4ZjQ2MjEtNjBiNS00MjdhLTkxY2UtMzJjNzE1ZjUzZWNmXkEyXkFqcGdeQXVyNTQ1MDQzMzU@._V1__SX1233_SY582_
Morgause et la vénéneuse Morgane qui médite un coup fumeux contre Arthur, et ça, c’est impardonnable – Source: Imdb.com

Morgause (la très belle Emilia Fox) arrive en seconde saison: c’est une puissante magicienne, demi-sœur de Morgane et ennemie d’Uther. Elle révèle Morgane à elle-même et la retourne contre son tuteur, ainsi que contre son frère adoptif Arthur, qu’elle cherche à écarter du trône. Si vous aimez les productions anglaises, il n’est pas besoin de présenter son interprète, Emilia Fox (la petite sœur de Darcy dans Orgueil et Préjugés avec Colin Firth!), que l’on voit dans un registre plus sombre.

Agravain (Nathaniel Parker) est l’un des antagonistes principaux de la saison 4. Oncle maternel d’Arthur, il fait figure en public de soutien indéfectible au jeune roi, mais travaille de concert avec Morgane à la chute de celui-ci. Eh bien ne riez pas, mais depuis cette performance de Nathaniel Parker que je connaissais pour son rôle dans Meurtres à l’anglaise, je n’arrive pas à le voir autrement que comme un gros, gros enfoiré! 😉

Mordred (Asa Butterfield dans les premières saisons, Alexander Vhalos dans la dernère) est un enfant druide aux pouvoirs puissants, qui parvient à communiquer en pensée avec Merlin et Morgane. Sauvé d’une mort certaine par Arthur dans la première saison, il va un moment incliner en faveur de celui-ci avant de rejoindre les rangs de Morgane par pure vengeance. Là encore pour le coup, acteurs impeccables et criants de vérité dans le rôle du jeune druide.

On croise évidemment, au grès des épisodes, de nombreux protagonistes – rois, magiciens, charmantes jeunes filles, femmes se changeant en troll, amours de jeunesse, terrifiantes créatures magiques… Et tous sont servis par des acteurs de talent.

Camelot est souvent mis en péril, du fait de puissances obscures ou des bêtises d’Arthur (qui fait évidemment TOUT pour les réparer), qui lui aussi fait souvent l’objet de traitrises et de tentatives de meurtres. Entre parenthèses franchement hilarantes (La Belle et la Bête dans la saison 2 qui voit Uther ensorcelé épouser une troll et la regarder amoureusement quand elle lui offre un plein seau de crottin, par exemple) qui nous valent quelques comiques de situation et des scènes franchement drôles, action qui révèle les qualités des différents héros, il y a quand même des fils conducteurs dans certaines saisons.

La saison 1 est un peu l’exposition: on y voit le jeune Merlin arriver à Camelot avec des étoiles plein les yeux. Son rôle y consiste principalement à sauver le royal derrière (et quel derrière!) d’Arthur – qui le sauve assez souvent également, en utilisant ses pouvoirs sans se faire prendre. L’ennemie principale de cette saison est la jolie sorcière Nimueh, ancienne ennemie d’Uther qui la tient pour responsable de la mort de son épouse Ygraine, la mère d’Arthur.

MV5BODM1MWVlNjMtMzQ5Zi00OTYzLTk2NzAtNmYzNTcwZDQ4YjY4XkEyXkFqcGdeQXVyNTQxMTIxMTk@._V1__SX1233_SY582_
Guenièvre et Lancelot – Source: Imdb.com

Dans la saison 2, on en découvre plus sur les personnages, tandis que Morgane, aidée par Morgause, prend peu à peu conscience d’elle-même en tant que magicienne, et de la mesure de ses pouvoirs, quand bien même elle peine à se retourner contre Uther. Quant à Arthur, du fait de ses sentiments pour Guenièvre et des révélations entourant son père et sa naissance, il apparaît comme plus humain et vulnérable, tandis que Merlin continue de le soutenir magiquement sans se faire prendre.

La saison 3 est un vrai tournant, même si, outre les visions de Merlin, il n’y a pas nécessairement de lien entre les différentes intrigues d’un épisode à l’autre. En effet, Morgane devient l’antagoniste principale, aidée par Morgause retranchée dans le royaume de Cendred, qui lui offre ses services et son armée. La jeune femme découvre en effet qu’elle peut réclamer le trône de Camelot. On y fait également la connaissance de Gauvin, du frère de Guenièvre et d’autres futurs chevaliers de la Table Ronde, arrivés en renfort pour aider Arthur et Merlin à combattre l’armée de Cendred et Morgause.

18997302
L’excellent Anthony Head incarne un terrible Uther Pendradon que l’on aime à voir ridiculisé dans certaines scènes mémorables – Source: Allociné.fr

La saison 4 est, à mon avis, la plus cohérente et la meilleure de toutes, avec un véritable fil conducteur. Alors que Morgane a quitté Camelot pour préparer sa revanche et qu’Uther, anéanti par sa traitrise, a délaissé les affaires d’Etat, Arthur, à la tête du royaume, est conseillé par son oncle maternel Agravain. Celui-ci œuvre en secret contre son neveu, afin de se venger d’Uther qu’il tient pour responsable de la mort de sa sœur. Arthur y devient roi, et doit faire face aux mauvais conseils et aux dangers, soutenu par Arthur, Guenièvre, Gaïus et ses chevaliers. Cela lui donne l’occasion de prendre confiance en lui pour devenir un grand souverain.

La saison 5 se passe sous le règne d’Arthur et de Guenièvre. La paix semble revenue dans Camelot, mais alors que réapparait Mordred, Merlin est torturé par d’atroces visions sanglantes concernant son roi et ami. Parviendra-t-il à le sauver et à lui révéler ses dons sans se faire rejeter?

Mais si les histoires sont prenantes, ce qui tient le plus le spectateur en haleine est, à mon humble avis, l’évolution de la relation entre les deux personnages principaux.

  • La reine des « bromances »

Bromance est un terme anglo-saxon assez à la mode depuis des années, contraction de brotherhood et de romance, qui désigne des relations d’amitié et d’affection profondes entre deux hommes hétéros. En bref, c’est un peu le modèle de « l’homme moderne », en harmonie avec ses émotions. Pour avoir assisté à de véritables bromances dans la vie réelle, je suis depuis l’adolescence fascinée par l’amitié entre les garçons. On aime à dire que les femmes sont un mystère pour les hommes, mais pour moi, les hommes sont également très mystérieux aussi dès qu’il s’agit d’amitié entre eux. Ce que j’ai vu de leur part dépasse de loin ce qu’en tant que fille j’ai pu vivre avec des amies proches. Arthur et Merlin, c’est un peu ce genre d’amitié qui me fascine.

MV5BMTU4NjAyMzIyNl5BMl5BanBnXkFtZTcwMjcxNjM2Mg@@._V1__SX1233_SY582_
Dans la catégorie « weird first date », je voudrais Arthur et Merlin – Source: Imdb.com

Et pourtant, leur relation partait plutôt mal. En effet, leur première rencontre ne ressemblait pas vraiment à un début d’amitié: le bienveillant et juste Merlin prenant la défense d’un serviteur martyrisé par ce petit connard suffisant ne semblait pas promis à devenir le plus indéfectible soutien de cette tête de con qui passait son temps à lui aboyer des ordres… Je surnommais d’ailleurs Arthur « le merdeux » en ce temps-là, et il était une des raisons pour lesquelles je n’aimais pas la série, car je n’aimais pas le voir maltraiter Merlin – qui me faisait penser à un pote à moi – de manière si gratuite et mesquine. Mais au final, lors de mon second visionnage de la première saison, j’ai quelque peu révisé mon jugement sur la question, car ces deux personnages se ressemblent plus qu’il n’y parait.

Tout d’abord, malgré le fait que ces deux garçons soient très entourés, ce sont deux solitudes qui se trouvent: Merlin, bien qu’ayant une mère aimante et des amis fidèles comme Guenièvre, est seul à cause de ses pouvoirs qu’il ne peut révéler au grand jour, et Arthur a appris depuis sa plus tendre enfance que son rang lui interdisait d’avoir des amis, quand son père ne fait montre que de peu d’affection à son égard. Si Merlin s’avère dès le début être un serviteur fidèle et dévoué, il n’hésite pas à faire preuve de franchise et de courage en tenant tête à son maître, ce qui plait assez à Arthur. Arthur qui, dès la première saison, se met lui aussi en danger pour sauver Merlin, ce qui dénote un attachement rapide. Aussi j’ai vite révisé mon jugement quant à son personnage. Petite anecdote: pour mieux apprécier Arthur, je vous conseille la V.O., la voix de Bradley James étant bien plus agréable à entendre que celle du doublage, et il crie beaucoup moins.

Si leurs échanges sont souvent houleux et empreints de taquinerie, on ne peut nier l’amitié, voire l’affection qui les lie, et il est très touchant de voir à quel point sont perdus l’un sans l’autre. Car outre qu’il doit le protéger pour lui permettre de monter sur le trône, comme le lui a commandé le dragon, Merlin fait souvent preuve de sagesse dans ses propos envers Arthur, en se préoccupant également de son bonheur personnel, particulièrement concernant ses relations avec Guenièvre, et lorsqu’il s’agit de l’empêcher de commettre des actes regrettables. Quant à Arthur, il tente parfois maladroitement de réconforter son serviteur et ami. Et puis à sa décharge, ce cher prince peut être nerveux quand on voit le nombre d’ensorcellements et de tentatives de meurtres auxquelles il échappe!

MV5BMjE2Njk3MjUyNl5BMl5BanBnXkFtZTcwMzYxNjM2Mg@@._V1__SX1233_SY582_
Merlin – Source: Imdb.com

Mais si leur relation est si touchante, c’est également dû à chacun des deux personnages pris séparément, et du talent des deux interprètes. En effet, on voit dès le début chez Merlin un garçon bienveillant, épris de justice et sensible, et mort de trouille à l’idée que son ami pourrait le rejeter en apprenant l’existence de ses dons. Je dois avouer qu’un chagrin de Merlin me faisait inévitablement pleurer tant ce garçon me paraissait déboussolé et fragile, avec longue silhouette fluette. J’avais même craqué pour lui dans la première saison parce que son sourire me faisait penser à à celui d’un de mes anciens copains de fac diablement attirant! 😉 Mais chut!

Quant à Arthur, ma foi, s’il est irritant, on découvre un jeune homme juste, qui n’aime pas voir les autres trinquer pour lui, plus sensible aux autres que son père, en recherche d’amitié et somme toute assez courageux. Ignorant les puissants pouvoirs de son comparse, il se comporte assez vite de manière assez protectrice envers Merlin. C’est d’ailleurs assez mignon à voir. Ainsi, Arthur se révèle donc assez vite aussi touchant que son ami Merlin, et ce malgré ses crises d’autorité et ses petits moments ridicules, car en fin de compte il ignore comment montrer aux autres qu’il tient à eux. Et j’avoue que la saison 2 a complètement changé ma perception du personnage à partir du moment où on le voit souffrir à cause de ses sentiments pour Guenièvre qu’il croit encore amoureuse de Lancelot, ou des secrets de famille qu’il découvre (c’est aussi là que je me suis rendu compte que nom de Dieu, il était tellement mignon – ce nez, ce sourire, cette silhouette… Aaaaah!). Et dans la saison 4, qui est définitivement « sa » saison, il est plus humain et vulnérable que jamais. Bref, après que les chagrins de Merlin soient devenus les miens, ceux d’Arthur ont suivit le même chemin, j’avais parfois envie de rentrer dans la série pour lui faire tous ces câlins qu’il ne recevait jamais. 🙂

Je souhaite enfin faire une mention spéciale à leurs deux interprètes, Colin Morgan et Bradley James. Outre leur apparence physique assez avantageuse, ils donnent corps à ces deux personnages pour nous les rendre sympathiques. Ils sont un régal à suivre à l’écran, ils sont littéralement lumineux avec leur sourire et leur œil qui pétille (surtout Arthur, mais ça c’est juste mon avis…). Et je regrette qu’on ne les voie pas plus à l’écran depuis, car ce sont sans conteste des acteurs de talent qui arrivent à faire passer de très belles émotions.

  • Conclusion – Un gros coup de cœur

Et oui, vous l’aurez deviné sans mal, j’étais très fan après avoir détesté. Comme quoi, c’est comme en amour, l’irritation cache parfois autre chose! 😉 Bref, Merlin fut pour moi une excellente surprise, un coup de cœur comme j’en ai rarement eu pour une série. Je sais qu’à l’âge que j’avais quand la série a commencé, ça peut paraître étrange, mais en fin de compte ce n’est pas ma faute si les choses intéressantes on commencé à passer à la télé alors que j’étais déjà adulte… 😀 J’ai trouvé à cette série un charme non-négligeable, malgré le côté très politiquement correct made in BBC.

MV5BMTczOTU5NzI2Ml5BMl5BanBnXkFtZTgwNzM5NDc3MjE@._V1__SX1233_SY582_
L’ami Arthur (non mais regardez-moi cette bouille, je veux le même à Noël!), toujours soutenu par son précieux Merlin – Source: Imdb.com

Si ce pari de détourner quelque peu la légende arthurienne était assez risqué à la base, je trouve que cela fonctionne très bien, d’autant plus que les personnages, résolument humains, sont un véritable plaisir à suivre. Le duo principal caracole bien sûr en tête de mes préférences, d’autant plus qu’ils sont mignons tout pleins (ah, le smile de Bradley James! ❤ ), et pour le plaisir des yeux, vous aurez non-seulement de très beaux décors et costumes, mais aussi les personnages – dépendant de vos préférences, de jolies filles ou de jolis garçons entre Arthur, Merlin et leurs copains chevaliers. Certains épisodes sont de véritables bijoux d’humour (je pense à La Belle et la Bête dans la saison 2, ou à L’Or du Troll dans la saison 3, deux épisodes à l’humour un peu pipi-caca qui me tuent de rire car ils ridiculisent Uther, à Possession dans la saison 4, où Merlin possédé par Morgane va tenter par tous les moyens comiques et cartoonesques possibles de tuer Arthur) et d’émotion (Les Péchés du père dans la saison 2, Le jour maudit ou À l’aube d’une ère nouvelle dans la saison 4, et évidemment l’épisode final), et vous ne manquerez pas de rire ou d’avoir votre petite larme. Mon seul regret en la matière reste le traitement des personnages dans la cinquième et ultime saison, où certaines choses arrivent vraiment tard et où le reste passe du coup beaucoup trop vite – par exemple, j’aurais aimé qu’Arthur découvre plus tôt les pouvoir de Merlin, quitte à ce qu’en colère il le renvoie et qu’ils passent une partie de la saison à évoluer chacun de son côté, pour finalement se retrouver en amis et égaux lors du combat final. Après, cela n’enlève rien à la dernière scène, riche en émotion, de nos deux héros, qui se disent enfin ce que les spectateurs voulaient entendre depuis un moment!

Programme Name: Merlin - TX: 01/12/2012 - Episode: n/a (No. 9) - Embargoed for publication until: 27/11/2012 - Picture Shows: King Arthur Pendragon (Bradley James)(, Merlin (COLIN MORGAN) - (C) Shine - Photographer: Nick Briggs
Ce qu’il faut retenir de Merlin: une très belle et touchante amitié au temps des dragons et des légendes – Allociné.fr

Bref, si vous cherchez de quoi regarder et que vous ne connaissez pas encore cette série aussi amusante que merveilleuse, mêlant aventure, magie, action, humour et émotion, je vous conseille vivement d’y jeter un œil. Et ce même si vous êtes adultes – surtout si vous êtes adultes, car c’est aussi un plaisir hormonal quand on voit certains interprètes (j’en ai des vapeurs rien que de l’évoquer!). Entre un visuel medieval fantasy assez luxueux, une réalisation de qualité et des acteurs de talent, vous ne manquerez pas d’être touchés! 🙂

Aussi je vous souhaite un bon week-end à tous, en espérant que je ne vais pas trop tarder pour les prochaines chroniques, car j’ai récemment entamé le tome 1 du Cycle de Pendragon, Taliesin, qui est absolument GÉANT. Je suis vraiment sur les rotules, mais je souhaite de tout cœur continuer à me détendre et à vous faire passer de bons moments sur ce blog! Encore une fois, je vous remercie pour votre fidélité, j’espère que cet instant « merlinesque » vous aura fait passer un moment aussi bon que ceux que j’ai passés devant cette série.

À très vite donc, pour de nouvelles aventures sur la blogosphère! Et bon visionnage!

Blanche Mt.-Cl.

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

10 réflexions au sujet de « Espiègleries en armure et roi de légende – Merlin (série, 2008-2012) »

  1. Comme toi, j’étais très sceptique en découvrant la série, pour toutes les libertés qu’elle prenait avec le mythe, mais j’étais en même temps bien décidée à lui laisser sa chance : je me suis dit, pourquoi pas ? La légende arthurienne est une bonne matière, ils ont réussi à faire quelque chose de splendide avec Sherlock en s’éloignant plus pas mal du mythe de base, ils pourraient en faire autant avec Merlin (même si les deux styles sont très éloignés, la comparaison vaut ce qu’elle vaut^^) !
    Mais contrairement à toi, je n’ai jamais réussi à accrocher à cette série. J’ai regardé la première saison presque entièrement mais je me suis ennuyée ferme. Je n’ai déjà pas supporté l’aspect « chip » des costume (je suis désolée, on dirait que Merlin sort tout droit d’une teinturerie avec ses costumes aux couleurs de Superman) et ai été tout aussi dérangée par l’aspect facile de l’intrigue avec cet Arthur prétentieux tout simplement imbuvable amené à évoluer, cette Guenièvre manquant de personnalité en dehors de l’histoire d’amour et toutes ces choses que je juge trop faciles.
    Après, ce n’est que mon avis, j’avoue qu’il n’est pas complet puisque je me suis arrêtée en cours de série et que toutes ces choses ont pu bien évoluer entre temps (voire tout simplement n’être pas si horribles que je les conçois mais moi, je n’y arrive pas^^). Je reconnais néanmoins que j’aimais bien le personnage de Merlin : l’idée qu’il ne soit pas immédiatement un vieux sage sorti de nul part mais qu’il ait lui-même eut sa période d’apprentissage (auprès d’un autre vieux sage sorti de nul part, certes, mais il me faisait rire, donc je le lui pardonne) et qui gagne progressivement en sagesse pour évoluer vers l’image qu’on se fait effectivement de Merlin aujourd’hui me plaît bien !
    Mais voilà, je pense juste ne pas être le public-cible car le fait est que je n’arrive pas à m’y faire, à cette série^^

    Aimé par 1 personne

  2. J’adore ton article et j’adore cette série ! 🙂 PS : et j’adore travailler dans le Château de Pierrefonds ! ^^ Je suis d’accord avec toi sur beaucoup de choses : que la meilleur saison (et la plus aboutie) soit la saison 4, le fait qu’on retrouve beaucoup de choses de la légende Arthurienne (qui est une légende que j’adore !), et la magnifique bromance entre Merlin et Arthur ! 🙂

    D’ailleurs, tu as fait une excellente analyse de cette amitié entre ces deux beaux gosses ! 😉 Par contre, contrairement à toi, j’ai adhéré à la série direct, alors que je suis une fan de la légende Arthurienne ! Et le fait que Merlin et Arthur est le même âge, je trouvais ça, très innovant ! ^^ Mais Guenièvre en servante, là, j’avoue que ça m’a quand même un peu gênée ! 😉

    Merci pour avoir fait une petite « dédicace » de mon site en passant ! 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Jamais pu supporter cette série. J’ai essayé mais c’est vraiment trop neuneu…et même si l’idée d’adapter librement la légende arthurienne était amusante, j’ai des limites (visiblement assez vite atteintes). Donc, comme je ne lâche pas facilement, je crois que j’ai suivi 1 saison au moins (la 1ère) et peut-être un peu la 2nde (encore que…). Je suis d’accord pour dire que le casting n’est pas mal. Pour le reste….sans moi.

    Aimé par 1 personne

  4. Aaaah cet article ! ❤ Comme je te rejoins (sur tous les points) ! Série que j'ai découvert un peu sur le tard, qui ne m'avait pas enthousiasmée au début, mais qui a su me charmer et me rendre accro. J'ai été également un peu déçue par la saison 5 qui promettait énormément et qui finalement manquait un peu d'équilibre. Je pense qu'ils ont eu un peu peur de la noirceur dans laquelle s'engageait la série familiale. J'aurais aimé par exemple voir un combat spectaculaire et épique entre Morgane et Merlin (j'en ai rêvé pendant des saisons) et pareil que toi, voir Merlin avoué ses pouvoirs plus tôt. La fin de toute beauté qui nous a réservé tellement d'émotions, m'a arrachée des larmes de crocodile pendant bien deux jours.
    Et oui les acteurs ont un talent incroyable. Colin Morgan, surtout, d'une justesse d'interprétation bluffante.

    J'aime

    1. C’est vrai que le jeu du p’tit Colin est très émouvant. 🙂 Mais plus on avance dans la série, plus j’ai été sensible au jeu des autres acteurs et actrices, plus en nuance, sans doute du fait de l’évolution des personnages. 🙂
      Et puis Bradley James est plus que mon genre! 😉

      Aimé par 1 personne

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s