SEMAINE THÉMATIQUE – « Dune » et « Les Enfants de Dune » (Mini-série, 2000-2003)

Très chers lecteurs des Mondes de Blanche,

Tout d’abord, je tiens à m’excuser auprès d’un blogueur qui a dû avoir une fausse joie après un loupé avec cet article, mais voilà… Effectivement j’avais prévu de ne pas clore cette semaine thématique avec la chronique cinéma de jeudi, mais avec une autre adaptation de Dune qui, je pense, pourrait ravir aussi bien les fans que ceux qui découvrent tout juste la richesse de l’univers de Dune. Et qui sait si cela ne vous donnerait pas des idées pour meubler de longs après-midi d’automne?

Dune-miniseries
Dune, la mini-série – Source: Wikipedia

Pour terminer en beauté cette semaine rendant hommage à Dune pour les cinquante ans de sa parution, j’ai décidé de vous offrir un petit bonus: un genre de chronique express, la toute première dédiée à une production télévisuelle sur le blog. J’ai nommé les deux miniséries adaptées des romans éponymes Dune (Frank Herbert’s Dune, 2000) et sa suite, Les Enfants de Dune (Frank Herbert’s Children of Dune, 2003). Elles font partie des plus grands succès diffusées par SyFy, alors appelée Sci-Fi Channel… Je ne détaillerai pas le casting ou l’histoire, ce qui a déjà été fait dans la chronique littéraire dédiée aux roman en début de semaine. Il s’agira plutôt d’évoquer une autre façon de découvrir l’univers créé par Frank Herbert.

D’après le producteur exécutif de Dune, Richard P. Rubinstein, la complexité de la saga herbertienne la rendait plus propre au format de mini-série plutôt que de film. Quant au réalisateur, John Harrison, il souhaitait livrer une interprétation plus fidèle du premier roman. Hormis plus d’importance donné à la fille de l’empereur, Irulan (Julie Cox) – il est même fait référence à ses penchants littéraires, on y retrouve les différents personnages, et surtout les différentes lignes et intrigues secondaires du récit qui avaient été passées à la trappe dans le film de David Lynch. Production assez luxueuse et colorée, bourrée d’effets spéciaux numérique, elle pourrait « piquer les yeux », mais en fait, elle se laisse regarder et permet de découvrir en douceur pour les non-inititiés et d’une façon plus fidèle au scénario original pour les puristes, la complexité de l’oeuvre de Frank Herbert. Il n’en reste pas moins que certains costumes, assez kitsch, tout d’étoffes et de métaux chatoyants, ne sont pas sans rappeler ceux de ces séries S.-F. et fantastique qu’enfants, nous suivions dans les années 1990. Pourtant, la direction artistique est assez soignée, les acteurs convaincants, et vous aurez, entre les us et coutumes des différentes nobles maisons et ceux des Fremen, votre compte en matière d’images exotiques pendant les trois épisodes. Ce dont la bande-annonce (je ne l’ai malheureusement pas dégotée en français!).

Il est clair que ça n’est pas du David Lynch, mais cette adaptation a été saluée par la critique et par le public… Néanmoins, j’ai souvenir qu’elle m’avait fait passé un excellent samedi après-midi, avec M&M’s et autres douceurs devant la télé, à suivre les aventures de certains de mes personnages littéraires préférés…

Children_of_Dune_1
Les Enfants de Dune – Source: Wikipedia

Une suite a vu le jour en 2003: Les Enfants de Dune, qui court sur les deux volumes suivants de la saga, à savoir Le Messie de Dune et Les Enfants de Dune. Soleil, désert, couleurs et exotisme sont toujours au rendez-vous, sublimant les tourments de Paul Atréides (Alec Newman) et de sa soeur Alia (Daniela Amavia)… Petite entorse à la fidélité du livre cependant: les enfants de Paul, Ghanima (Jessica Brook) et son frère Leto (James McAvoy), n’ont pas dix mais quinze ou seize ans. J’imagine que cette production étant destinée à un large public, certains enjeux ont dû paraître plus accessibles, voire moins choquants avec de jeunes héros qui n’étaient déjà plus des enfants.

Eh bien figurez-vous que j’ai de loin préféré cette suite à la première série… les suites sont parfois décevante mais à mon humble avis, ce n’est pas le cas de celle-ci. Sans doute peut-être parce que dans mon esprit elle ne souffrait pas de la forte impression que m’avait faite le film de David Lynch. L’histoire paraît un peu moins grandiloquente, on y retrouve la mélancolie et la solitude des héros, tout comme dans le livre et plus que jamais la belle Alia fait peine à voir lorsqu’elle sombre dans la folie. J’avais passé un bon moment avec Dune, mais Les Enfants de Dune m’a également paru un peu moins kitsch au niveau des costumes et des ambiances.

Mention spécial à un acteur que j’aime particulièrement (enfin, disons-le sans tergiverser, j’en suis complètement dingue!): James McAvoy.  Mais oublions un instant ce petit penchant: on voyait déjà l’acteur talentueux au regard intense qu’il deviendrait, car il livre dans Les Enfants de Dune une interprétation particulièrement intense du jeune Leto qui paraissait un peu plus froid et détaché dans le livre original, ce qui dans mes souvenir, freinait un peu mon empathie pour lui. Après c’est peut-être purement hormonal de ma part! 😉

D’après ce que j’ai pu lire, les critiques ont encore une fois apprécié le fait que malgré la complexité de l’histoire originale, celle-ci était tout à fait accessible au grand public, et pouvait ainsi satisfaire les ambitions de ses producteurs: à savoir, initier le grand public et faire apprécier la science-fiction à un public qui initialement en craignait la dimension parfois biscornue. Là encore, j’ai posté la bande-annonce en anglais car dans celle en français, l’image était affreuse (et puis zut, il faut bien voir le jeune Leto! 😉 )

Ceci dit, je vous recommande ces deux mini-séries, ne serait-ce que si vous êtes curieux. Une fois que vous visionnerez un épisode, vous pourrez passer un après-midi entier devant votre écran, car vous aurez très envie de connaître la suite! Si vous n’avez pas encore lu le livre, elles éveilleront probablement votre curiosité quand aux livres de Frank Herbert, qu’il s’agisse des trois premiers tomes de la saga ici adaptés ou de leurs suite. Elles sont également à regarder, ne serait-ce que pour pouvoir comparer avec l’oeuvre cinématographique de David Lynch…

J’espère donc que cette semaine dédiée à l’oeuvre de Frank Herbert vous aura plu. J’aimerais beaucoup, à l’avenir, refaire ce genre de chose et permettre à mes lecteurs soit de découvrir un univers littéraire et cinématographique particulier, soit de se replonger avec plaisir dans un sujet qu’ils apprécient pour avoir le plaisir d’échanger avec eux. Malheureusement, ce ne sera pas pour tout de suite car très accaparée par mon travail, je reviendrai la semaine prochaine avec des chroniques plus brèves, légères et distrayantes, et probablement décalées! 😦 Je m’en excuse d’avance, mais je vous retrouve très vite avec l’avancée de mes écrits et bien d’autres chroniques et créations sur Les Mondes de Blanche!

Bonne nuit à tous, et rêvez de magnifiques paysages désertiques!

Blanche Mt.-Cl.

Publicités

Publié par

Blanche Mt.Cl.

Blogueuse, artiste autodidacte et graphiste, amoureuse des littératures de l'imaginaire et auteure sur WattPad (Le Sang des Wolf, La Nuit de Wolf et Pourquoi les Vampires aiment Paris Plage). N'hésitez pas à vous laisser entrainer dans mon univers!

3 réflexions au sujet de “SEMAINE THÉMATIQUE – « Dune » et « Les Enfants de Dune » (Mini-série, 2000-2003)”

Vos réflexions sont les bienvenues...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s